l'encens

Publié le par Birus et Coolus

page47-image2-Lapinbleu-Nuit blanche a Bethleem 

Le culte des anciens utilisait beaucoup les parfums comme symbole d’offrande.

 

Israël a repris cette coutume. Dans le Temple, il y avait un autel des parfums (Ex 30,1-10), des encensoirs (1 R 7,50) et des coupes à encens (Nb 7,86).

 

Chaque matin et chaque soir était accompli un sacrifice de parfum, en adoration joyeuse (Ex 30,7).

L’encens qui monte en fumée désigne notre louange qui monte vers Dieu.

Faire brûler de l’encens, c’est adorer.

 

Il n’y a qu’un seul culte, c’est celui adressé à Dieu (la Bible réprimande ceux qui font brûler de l’encens à des idoles, des objets…).

Le culte parfait est celui du Chris Jésus qui « s’est offert à Dieu en sacrifice d’agréable odeur » (Ep 5,2). Ca veut dire que sa vie s’est consumée en offrande d’amour, agréable à Dieu.

 

Le chrétien, à son tour, par son baptême, reçoit l’onction (l’huile sainte, le « saint chrême » pour répandre autour de lui la bonne odeur du Christ (2 Co 2,14-17). Ainsi, la plus petite de ses actions devient offrande à Dieu.

 

Quand l’éléphant offre l’encens à Jésus, il reconnaît que cet enfant, c’est Dieu.

page47-image1-Lapinbleu-Nuit blanche a Bethleem 

 

Il y a aussi le jeu de mot "apéritif d'encens" pour "apéritif dansant" et "divin encens" pour "il est né, le divin enfant"

 

 

Publié dans Les symboles

Commenter cet article