l'or

Publié le par Birus et Coolus

 -NBB-symboles-pièces d or

  

  

  

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Entrant alors dans le logis, ils virent l'enfant avec Marie sa mère, et, se prosternant, ils lui rendirent hommage; puis, ouvrant leurs cassettes, ils lui offrirent en présents de l'or, de l'encens et de la myrrhe ». (Mt 2,11)

 

L’or est le symbole de la Royauté.

La puissance du roi se mesure à son or.

« Jérusalem. Tu seras, toi et tes fils, parmi les amis du roi, toi et tes fils serez honorés de dons en argent et en or ainsi que d'une quantité de cadeaux. » (1 M 2,18)

 

Quand le roi Salomon veut construire un Temple pour Dieu, il souhaite qu’il soit plus noble que son propre palais. Il y met de l’or partout.

« le Temple, il le revêtit d'or, absolument tout le Temple. »  (1 R 6,22)

Ainsi que les objets dans le Temple

« Salomon fit tous les objets destinés au Temple de Dieu: l'autel d'or et les tables sur lesquelles étaient les pains d'oblation; les chandeliers et leurs lampes qui devaient, selon la règle, briller devant le Debir, en or fin; les fleurons, les lampes et les mouchettes, en or (et c'était de l'or pur); les couteaux, les coupes d'aspersion, les coupes et les encensoirs, en or fin; l'entrée du Temple, les portes intérieures (pour le Saint des Saints) et les portes du Temple (pour le Hékal), en or. » (2 Ch 4,19)

 

Mais l’or devient mauvais quand il écarte de Dieu

« quel est donc le plus digne, l'or ou le sanctuaire qui a rendu cet or sacré? » (Mt 23,17)

« Votre or et votre argent sont rouillés, et leur rouille témoignera contre vous: elle dévorera vos chairs » (Jc 5,3)

 

Ou pire, quand on l’adore à la place de Dieu

« Hélas! ce peuple a commis un grand péché. Ils se sont fabriqué un dieu en or » (Ex32,31)

 

Le mot « or » (chrysos) est absent dans les Evangiles de Marc, Luc et Jean.

Il ne figure que chez Matthieu avec le passage des mages (Mt 2,11) et celui cité plus haut (Mt 23,17)

 

-NBB-symboles-pièces d orSur ce dessin, le tigre offre l’or à Jésus. Pendant toute la BD, on ne soupçonne pas qu’il en est rempli et qu’il le trimbale du début à la fin.

Les pièces, de nationalités différentes (dollars, livres, euros), montrent l’universalité.

 

 

 

 

 

Il y a même une allusion à l'ancienne monnaie page46-image8-Lapinbleu-Nuit blanche a Bethleemautrichienne (le Schilling, entre 1925 et 2002), dans le bruit que font les pièces qui tombent.

 

 

Toutes ces richesses sont à de Dieu, à Dieu et pour Dieu. Pour pouvoir se désapproprier, il faut se secouer.

Dans les objets qu’on voit sur cette image, il y a aussi une médaille miraculeuse et un jeton de poker.

La médaille miraculeuse est une représentation de Marie. Ce n’est pas la médaille elle-même qui est miraculeuse, mais celui à qui elle renvoie ; le Fils de Marie : Jésus.

Le jeton de poker est aussi une forme d’idolâtrie ; amasser toujours plus. Un seul jeton est une tentation pour entrer dans la spirale de l’amour de l’argent. En se débarrassant de l’unique jeton, le tigre n’adore plus l’or, mais son Dieu. 

 

 

Publié dans Les symboles

Commenter cet article